Suivez-nous sur Facebook!

Femmes et santéFemmes & santé

Le projet sur Facebook

Cadre de référence

Au cours de l'année 2003-2004, la TCMFCQ a entrepris une démarche afin de connaître la situation de santé des Centricoises et de dégager les priorités d'actions pour améliorer leurs conditions de vie. Elle souhaitait aussi conscientiser les femmes de la région, les intervenantEs en santé et la population en général sur la spécificité de la santé des femmes.

Pour bien camper sa démarche, la TCMFCQ a ciblé ces principaux groupes: les adolescentes et les jeunes femmes, les femmes aînées, les femmes victimes de violence, les femmes aux prises avec des problèmes de santé mentale, les femmes handicapées, les femmes et la périnatalité, les proches aidantes et les femmes lesbiennes.

Au-delà de cent femmes furent rencontrées et interrogées. Elles ont pu exprimer leurs besoins, leurs attentes et la perception qu'elles ont du système de santé. Pour compléter leurs points de vue, nous avons consulté les publications récentes qui nous parlaient de la santé et des conditions de vie de ces Centricoises :

  • Avis du Conseil du statut de la femme; Les conditions de vie des femmes et le développement régional et local dans le Centre-du-Québec, 2001
  • Au féminin… à l'écoute de nos besoins, Ministère de la santé et des services sociaux 2002.
  • Des nouvelles d'elles, les jeunes femmes du Québec, 2002.
  • Femmes et santé, Conseil du statut de la femme, 2001.
  • Des nouvelles d'elles : les femmes âgées du Québec. Conseil statut de la femme (CSF), 1999.
  • Faits saillants, regard sur la santé et le bien-être en Mauricie et au Centre-du-Québec, 1998.
  • Exploitations des personnes âgées vers un filet de protections resserrées, rapport de consultations et de recommandations, octobre 2001.
  • La santé des femmes au Québec, réseau québécois d'action pour la santé des femmes, 1999.
  • Dites-leur que nous sommes avant tout des femmes. Ministère de la santé et des services sociaux, 1999.
  • Écoute-moi quand je parle! Rapport du comité de travail sur les services de santé mentale offerts aux femmes, Ministère de la santé et des services sociaux. 1997.

Ainsi, nous avions un panorama de ces vies de femmes qui pouvait nous servir de base pour poursuivre notre réflexion et établir notre plan d'action.

Lors d'un premier colloque, en mars 2003, des intervenantEs en santé, des intervenantes communautaires et les personnes interviewées lors de la recherche furent invitées. Nous leur avons présenté les données recueillies. Elles se sont appropriées le document et l'ont enrichi. Elles ont suggéré l'ajout de quelques groupes : les femmes toxicomanes, les femmes atteintes de Sida et les femmes démunies. Elles ont fait, pour ces groupes et ceux qui étaient déjà au dossier, des recommandations susceptibles d'améliorer les conditions de vie et de santé de ces Centricoises.

Avec toutes ces données, l'élaboration du cadre de référence s'est amorcée.

Un second colloque, en mai 2003, a réuni à nouveau toutes ces personnes qui ont participé à cette démarche depuis le début de l'exercice. Elles ont étudié le document de travail et apporté les modifications jugées nécessaires. Elles ont approuvé les recommandations et amorcé l'élaboration de pistes d'action.

Une fois ce travail fait, il restait à rassembler, corriger et réajuster toutes ces données pour rédiger le document final.

C'est ainsi que le Cadre de référence "À votre santé, Mesdames" est né en juin 2003!

Faits saillants :

La recherche effectuée auprès des femmes de la base nous a permis de tirer certaines conclusions :

1. Les services ne sont pas toujours adaptés aux femmes, les femmes doivent s'adapter aux services :

  • Il y a, c'est connu, des délais pour obtenir des rendez-vous. Il faut compter sur des amies ou des connaissances pour obtenir de l'aide plus rapidement entre autres en cas de violence.
  • La paperasse, les questionnaires à remplir pour obtenir des services (condoms, seringues, etc.) sont fastidieux et gênants, surtout pour les jeunes femmes plus marginales.
  • En cas de crise pour les femmes victimes de violence ou pour celles souffrant de problèmes mentaux, les services offerts par les CLSC ne sont pas toujours adaptés, par exemple, il n'y a pas de ressource de gardienne, de support pour les adolescents, etc.
  • Les femmes, particulièrement en situation de vulnérabilité, souhaitent recevoir des soins d'une femme. (Par exemple, les femmes aux prises avec un problème en santé mentale ne se sentent pas à l'aise avec un intervenant…)
  • Les femmes de tous âges et de toutes situations auraient besoin qu'on leur présente de façon objective les médecines et les solutions alternatives au lieu qu'elles aient à fouiller et à confronter les opinions pour se faire une idée personnelle.
  • En périnatalité, les femmes souhaitent l'accompagnement des naissances par des sages femmes qui continuent aussi le suivi ensuite à la maison avec l'enfant.
  • Les femmes handicapées affirment unanimement qu'elles doivent s'adapter aux services... Peu de services leur sont adaptés. Les intervenantEs souvent ne connaissent pas l'ampleur de leurs problèmes et ne leur donnent pas toujours l'attention nécessaire.

2. Les préjugés négatifs face aux femmes persistent :

  • à l'égard des femmes handicapées : on confond souvent un problème d'élocution et un problème intellectuel, on respecte difficilement les lenteurs associées à un problème de mobilité… Si elles ont un problème d'embonpoint, on les taxe de paresseuses ou de gourmandes et on oublie que l'exercice physique leur est impossible. Ces femmes ne se sentent pas comprises et respectées : elles se sentent souvent jugées et infantilisées.
  • à l'égard des femmes toxicomanes : la société, les intervenantEs et même les femmes aux prises avec un problème de toxicomanie jugent très sévèrement une femme aux prises avec cette difficulté. Les préjugés sont ancrés si fort que les femmes hésitent à consulter et à chercher l'aide. Malgré les recommandations publiées dans le document, Dites-leur que nous sommes avant tout des femmes, MSSS, 1999, les changements ne sont pas encore effectifs dans tous les centres d'intervention.
  • à l'égard des femmes vivant des problèmes en santé mentale et même à l'égard des familles les accompagnant: la maladie mentale est encore entourée de beaucoup de tabous et rares sont ceux qui osent en parler. C'est une honte et les femmes concernées vivent beaucoup d'isolement.
  • à l'égard des femmes en général : on attribue facilement aux nerfs, au stress, les problèmes dont le diagnostic est plus difficile. Les femmes ont le sentiment qu'on ne les prend pas toujours au sérieux, ce qui amène des délais encore plus longs au traitement de problèmes de santé parfois graves.

3. La population est peu consciente de la spécificité de la santé des femmes.

  • On remarque que les femmes en général sont peu conscientes que la maladie se présente différemment chez la femme et chez l'homme, que les symptômes d'un problème de santé ou les effets secondaires à la médication ne sont pas nécessairement les mêmes chez les unes et chez les autres.

Le suivi :

Au cours de cette deuxième année de projet, et à la suite de ces constatations, la Table de concertation entend porter ses actions sur quatre éléments jugés prioritaires.

La pauvreté des femmes :

À ce niveau, le dossier est large et complexe. La Table continuera de s'impliquer, bien sûr, dans toutes les actions de mobilisation de lutte contre la pauvreté. Elle sera toujours attentive à collaborer avec les comités qui défendent les droits des plus pauvres. Elle publiera des articles dans les bulletins de regroupements afin de développer cette sensibilité et cette solidarité chez toutes les femmes de la région.

Les femmes handicapées :

Cette situation de pauvreté doublée de la méconnaissance des besoins et de la situation est particulièrement aiguë chez les femmes handicapées. Cette constatation incite la Table à faire de ce groupe une priorité. Avec le milieu associatif, une possibilité de collaboration sera étudiée afin de conscientiser les intervenantes de la santé aux problèmes que peuvent vivre ces femmes sans qu'ils soient reliés à leur incapacité. Un programme sera organisé pour sensibiliser les services de santé sur la nécessité d'adapter l'approche, les lieux physiques et les appareils d'examen et de soins aux besoins particuliers de ces femmes. Des formations seront offertes aux intervenantEs pour développer l'approche différenciée selon les sexes et pour éliminer les préjugés et les mythes. Finalement, en collaboration avec des femmes handicapées, seront créés des outils pouvant faciliter les rencontres avec les intervenantEs en santé.

Les adolescentes et les jeunes femmes :

À titre préventif, la Table choisit aussi de travailler sur les recommandations faites en faveur des adolescentes et des jeunes femmes. Des liens seront établis avec les intervenantEs sociaux ou de la santé afin de transmettre les besoins exprimés par les jeunes quant aux situations difficiles qu'elles vivent : grossesses non planifiées et prématurées, problèmes de drogue, violence relationnelle ou détresse psychologique.

La santé spécifique des femmes :

Finalement, des outils d'éducation et de sensibilisation seront préparés et présentés aux intervenantEs en santé et aux groupes de femmes de la région afin de promouvoir la santé spécifique des femmes et de les amener à reprendre leur pouvoir au niveau de la santé. À cause de leur taille, de leur morphologie, de leur fonction reproductrice, les femmes présentent des conditions de santé propres. Il est de première importance que toutes les femmes apprennent à reconnaître cet état de fait pour reprendre leur pouvoir sur leur santé et exiger les services et les investigations auxquels elles ont droit.

Le cadre de référence "À votre santé, mesdames" est disponible à la Table de concertation du mouvement des femmes. Si vous êtes intéresséEs, vous pouvez en faire la demande au (819) 758-8282. Nous vous le ferons parvenir avec grand plaisir.

Documents disponibles

Télécharger le document
Actes du séminaire régional sur l'image corporelle - Février 2011

Résumé du séminaire « Le poids de la perception sur la santé des femmes »

Télécharger le document
Sur la route de la santé mentale positive - Faits saillants

Condensé du rapport sur la santé mentale des femmes fréquentant les organismes communautaires dans notre région - 2015

Télécharger le document
Sur la route de la santé mentale positive - Version intégrale

Rapport sur la santé mentale des femmes fréquentant les organismes communautaires au Centre-du-Québec - Année 2015

Centre du Québec Conception web par Rhesus